Actéon, Didon et Enée

M.-A. Charpentier, H. Purcell

Deux opéras de chambre miniatures où le sens de l’émotion et du tragique illustre à merveille « L’amour à mort »

Opéras chantés en anglais et en français, surtitrés en français

Le programme de cette soirée s’organise autour de deux chefs-d’œuvre de l’art baroque. Une même thématique mythologique relie les deux œuvres française et anglaise par un jeu de mise en abyme. En composant Actéon, Charpentier s’éloigne des pastorales traditionnelles et creuse le drame dans une forme miniaturisée en inventant une nouvelle couleur pour chaque scène. Il détourne aussi des lieux communs de la tragédie lyrique à la Lully pour lui insuffler un saisissant poids dramatique. Dans Didon, un esprit raconte les mésaventures d’Actéon, changé en cerf pour avoir aperçu ce qu’aucun être humain ne doit voir – Diane nue, qui se baigne avec ses nymphes. Sur ordre de la déesse, il est alors dévoré par ses propres chiens. Dans Actéon, comme dans Didon d’ailleurs, le divin impose sa loi là aussi. 

Aucun résultat n'a été trouvé Quitter la recherche