Orchestre de chambre de Paris
Douglas Boyd direction
Yvonne Naef mezzo-soprano

Idylles entre le raffinement amoureux des Wesendonck Lieder de Wagner et l’émotion de la fantaisie de Schumann

Le cadeau est d’autant plus beau qu’il est immatériel. Il s’agit d’une offrande musicale, pour reprendre le titre d’une œuvre de Bach. Mais une offrande à l’aimée. C’est ainsi qu’à l’entrée de sa villa, pour son trente-troisième anniversaire, Cosima entend pour la première fois une aubade qui lui est destinée : Siegfried Idyll. Quelques années plus tôt, c’est à une autre femme, mariée, que Wagner offre un présent. La passion qu’il éprouve pour Mathilde Wesendonck fait scandale. Une lettre trouvée par l’épouse de Wagner met les couples respectifs devant le fait accompli. Nostalgie, confidence et passion encore, tout cela se devine à l’écoute de la Quatrième Symphonie de Robert Schumann. L’écriture s’y révèle à la fois sévère, mais aussi d’une infinie tendresse à la fois. Schumann n’a fait que peindre en musique le portrait de la fiancée adorée, Clara Wieck.

Video

Présentation du concet du 11 octobre 2016 consacré à Wagner et Schumann

Vous aimerez aussi

  • 25/03/2017

    Gustav Mahler Jugendorchester

    Daniel Harding, Christian Gerhaher

    Voir le spectacle
  • 21/03/2017

    Orchestre de chambre de Paris

    Jac van Steen, Hélène Guilmette

    Voir le spectacle

Aucun résultat n'a été trouvé Quitter la recherche