Orchestre de chambre de Paris
Douglas Boyd direction
Kolja Blacher violon

A la mémoire d’un ange d’Alban Berg ou l’Everest des concertos pour violon du XXe siècle

On imagine difficilement la célébrité de Haydn et l’engouement du public londonien venant écouter la création de l’une de ses symphonies. Dans chaque partition, il expérimente d’étonnantes trouvailles musicales, rompant progressivement les dernières amarres de l’univers classique, vers de nouveaux rivages sonores. Cent quarante ans plus tard, non plus à Londres, mais à Barcelone, on donna la première du Concerto pour violon « À la mémoire d’un ange » de Berg. Le compositeur était mort quelques mois plus tôt, en décembre 1935, et rendait le plus bel hommage qui soit à Manon Gropius, la fille d’Alma Mahler et de l’architecte Walter Gropius. Elle venait de s’éteindre à l’âge de dix-neuf ans. La partition oscille sans cesse entre la tristesse et l’exaltation, entre le passé, celui de la Vienne d’avant 1914, et les mutations esthétiques nées de l’après-guerre.

Vous aimerez aussi

  • 20/05/2017

    Staatskapelle Dresden

    Christian Thielemann, Daniil Trifonov

    Voir le spectacle
  • 17/01/2017

    Orchestre de chambre de Paris

    Antoine Tamestit, Deborah Nemtanu

    Voir le spectacle

Aucun résultat n'a été trouvé Quitter la recherche